Définition / présentation du métier

Masseur-kinésithérapeute :
 
Au-delà de ses activités d’exercice thérapeutique, « selon les secteurs d’activité où il exerce et les besoins rencontrés, le masseur-kinésithérapeute participe à différentes actions d’éducation, de prévention, de dépistage, de formation et d’encadrement. Ces actions concernent en particulier : 1° La formation initiale et continue des masseurs-kinésithérapeutes ; 2° La contribution à la formation d’autres professionnels, 3° La collaboration, en particulier avec les autres membres des professions sanitaires et sociales, permettant de réaliser des interventions coordonnées, notamment en matière de prévention ; d) Le développement de la recherche en rapport avec la masso-kinésithérapie ; 9 e) La pratique de la gymnastique hygiénique, d’entretien ou préventive ». (Article R4321-13 du code de la santé publique).
 
L’exercice de la profession exige des capacités d’analyse et de synthèse d’informations très diversifiées, car le soin d’une personne nécessite une démarche réflexive permettant de la considérer dans sa globalité. Le masseur-kinésithérapeute établit un diagnostic puis inscrit son activité de soin dans une démarche thérapeutique rationnelle et évaluable. Les étudiants sont donc formés aux méthodes de raisonnement logique. La pratique technique exige de la dextérité et de la précision car le kinésithérapeute doit maîtriser des gestes manuels. La thérapie rééducative comprend : – la réalisation de bilans qualitatifs et quantitatifs, – des techniques de massage, – des techniques de mobilisation manuelles analytiques et spécifiques, – des techniques neuro-musculaires analytiques et globales, – de moyens physiothérapiques, – des techniques gymniques…,
 
Le futur masseur-Kinésithérapeute sera amené à se former tout au long de sa vie professionnelle dans le cadre du Développement Professionnel Continu (DPC).
 
Cette démarche active tout au long de l’exercice professionnel assurera l’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins.